Douzième nuit sacrée : générosité

par | Déc 31, 2020 | 12 Nuits sacrées, Barde, Druidisme vivant, Ovate, Valeurs druidiques | 0 commentaires

Pourquoi choisir la générosité ?

Parmi toute les valeurs encore disponibles, c’est la générosité qui est invoquée pour cette douzième nuit sacrée.

Le mot « générosité » vient du latin « generosus » qui signifie « de noble naissance ». La vertu de générosité a été centrale dans toute la tradition occidentale, mais pas toujours sous ce nom. Pour tracer sa permanence, il est essentiel de placer la générosité dans un contexte plus large de réflexion sur l’hospitalité, la libéralité, l’amour et la charité dans les sociétés et au travers des différents âges.

Elle est finalement, et sans surprise, le coeur de toutes les autres. Elle pourrait être la valeur ultime du XXIème siècle, nous permettant d’inverser toutes les tendances qui mènent à la destruction de civilisations à laquelle nous assistons. Si le coeur est là, on peut déplacer des montagnes ; si on ne met aucun coeur à penser, à parler ou à agir, tout perd son sens… Pour Emmanuel Levinas, la vraie générosité ne fait pas la différence entre des destinataires plus ou moins méritants, ni ne donne dans l’attente d’un retour. Il s’agit plutôt d’une ouverture inconditionnelle à l’autre, d’une ouverture de soi à l’altérité.

Notons enfin et surtout que la générosité est en danger dans le monde d’aujourd’hui, un monde dominé par le contrat ou l’échange économique, strictement conditionné à un échange. Les neurosciences se penchent d’ailleurs dessus, car la générosité rendrait plus heureux.

Générosité vs/ hospitalité ?

Dans le monde païen, on la connaît beaucoup sous le vocable d’hospitalité.

Elle était extrêmement valorisée par les sociétés tribales germaniques et nordiques dans lesquelles elle peut être célébrée lors de la cinquième nuit sacrée. Je vous renvoie à ce pdf pour des détails très intéressants.

Elle est peut-être la vertu celtique la plus significative et la plus importante, celle qui promeut et soutient activement un sens de la communauté. Sur l’encyclopédie du site L’arbre Celtique, on trouve la définition suivante du Pr Raimund Karl de l’Université de Bangor : elle « était considérée comme un devoir pour tout homme libre. Refuser à quelqu’un à manger et un abri était donc constitutif du délit de « esain » (littéralement « chasser », aussi appelé « etech », le refus), et demandait une compensation appropriée au rang de la partie lésée ». L’hospitalité était donc éminemment importante, faisant notamment l’objet d’une juridicisation.

Retour sur soi

Comment concevez-vous la générosité ? Est-elle pour vous une valeur « morte » ou bien est-elle une valeur essentielle à promouvoir, a fortiori à notre époque ? Comment la pratiquez-vous ? Cette pratique peut-elle être encore développée ? Sous quelle forme ?

Prenez des notes dans votre carnet des 12 nuits sacrées. A l’issue de votre interrogation, décidez d’une action, ou formulez un maître-mot pour cette ultime nuit et inscrivez-le sur votre mandala du solstice d’hiver.

 

Écrire une triade sur la générosité

Les triades celtiques sont de petits textes invitant à la réflexion et à la méditation. Ils énoncent toujours une sagesse sous forme de trinité. Pour un ensemble de notes excellentes sur le chiffre 3 chez les Celtes, je vous renvoie à cet article du blog de Bran Du.

Vous pouvez vous amuser à créer vos propres triades (c’est d’ailleurs un exercice auquel les cours de l’OBOD nous convient parfois).

Ainsi, concernant l’hospitalité, sur le blog Ozark Pagan Mama que je consultais pas mal autrefois lorsque mes filles étaient plus jeunes, on peut lire celle-ci :

Hospitality
There are three things which one should give freely to guests:
gracious accommodation, friendly conversation, and ensured safety.

Three things a guest should never bring to another’s house:
ill tidings, presumptuous license, and treachery.

Hospitalité
Il y a trois choses que l’on devrait donner gratuitement aux invités:
hébergement charmant, conversation amicale et sécurité assurée.

Trois choses qu’un invité ne devrait jamais apporter chez un autre:
mauvaises nouvelles, licence présomptueuse et trahison.

Réalisez une jolie carte, en peinture par exemple et inscrivez votre triade dessus :

Ce petit calendrier des 12 nuits sacrées est maintenant terminé. Il est temps de laisser infuser tout ce qui en est ressorti. A l’image des graines des plantes qui nous entourent, profitons de la saison hivernale pour dormir dans le berceau de la terre.

Retrouvez les 12 nuits sur La Clairière au Pommier :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

28 Partages
Tweetez
Partagez27
Partagez
Enregistrer1